Message d'avertissement

The subscription service is currently unavailable. Please try again later.
© Simon Gosselin

La vie de Nina Simone est une traversée terrible et sublime, une épopée de 70 ans qui se termine en drame. C’est à la fois l’histoire d’une quête intime éperdue pour la reconnaissance et celle d’une lutte politique vitale qui résonne aujourd’hui encore.  Figure tragique d’une révolte, Nina Simone, presque trop connue pour que l’on puisse s’en approcher, est sans doute irreprésentable sur un plateau de théâtre. Jouer une Nina Simone, faire chanter comme Nina Simone, est un pari risqué : on sera toujours pâle à côté du réel. Pourtant il y a là quelque chose d’infiniment attirant. 

Non contente d’avoir vécu une vie épique, elle est aussi malgré elle l’héritière directe d’une bonne partie de l’histoire des États-Unis : arrière arrière-petite-fille d’une Amérindienne mariée à un esclave noir Africain, elle porte en elle 4 siècles d’histoire coloniale. En racontant son histoire avec une équipe d’interprètes et de créateurs afro-américains et français, j’entends aussi aborder le récit de la conquête meurtrière du Nouveau Continent par les colons européens à partir du 15ème siècle, une partie de l’histoire française de l’esclavage et particulièrement l’histoire des Afro-Américains. De l’arrivée de Christophe Colomb aux Bahamas, au chef Skyuka massacré avec sa tribu amérindienne dans l’actuelle Caroline du Nord, en passant par l’histoire des Africains-Américains victimes de l’esclavage, je tenterai à travers l’histoire de cette femme de raconter et d’interroger ainsi une partie de notre histoire et de notre héritage occidental contemporain.

Il s’agira de faire exister dans une fiction travaillée par la grande Histoire ce qui habite Nina Simone, ceux qui l’ont accompagnée sa vie durant et ses fantômes, comme différentes facettes d’une pierre que l’on ne pourrait jamais embrasser d’un même regard. 

Extrait 

Muriel : A l’école on l’appelait Niña, petite fille. 
Et un jour Edney, son amoureux, l’avait emmené au cinéma voire un film avec Simone Signoret, Casque d’or. 
Alors en souvenir de son enfance et de son amour perdu pour Edney elle décide de s’appeler : Niña Simone, petite Simone. 
 
Elle arrive au bar, demande un verre de lait pour avoir de quoi boire entre les sets. Et elle joue. Toute la nuit. 
Au petit matin Harry, le patron du bar refuse de la payer parce qu’elle n’a pas chanté, ni même parlé. 
Elle n’a fait que jouer du piano. 
On est en juin 1954. 
Voilà.

----

Little Simone: I don’t give a shit about the dates. 
I don’t give a shit about the dates you hear me? Open up, up there.
Andy: What are you doing?
Little Simone: I’m gonna kill one, I don’t give a shit. Open up.
Andy:
 You’re not going to kill anyone, you’re going to stay right here and wait for it to pass, Ok
Little Simone: Will you please open up.
John: Honey
Little Simone: If you don’t give me the key to upstairs, I’m gonna take the knives in the kitchen.
Andy: And what are you going to do with them? You gonna go down to Birmingham with your Mercedes convertible and a knife in your hand and say hi there I came to slit the throats of the Klansmen who killed those little girls in the Church?
Little Simone: It’s not a bombing, it’s war: it’s called an act of war. 
What are you going to do if there’s war? You gonna manage some tours and get some grand pianos tuned? I’m taking up arms. And I’m defending my kids. 
What if it had been Lisa in the Church? What would you have done? Wait for it to pass? I don’t want my daughter to have to go through that one day.
John: And you think you’re going to go to war with your kitchen knife? 
Little Simone: Don’t start with your bullshit theories. You spent your life telling me to be awake and attentive to my people’s needs, you spent your life telling me to do what I believed in so my people would be proud and free, and guess what: I’m awake
now. The blast from the explosion came all the way to me, and I’m not going to let it die down and wait for it to pass. 
What do you want to do? Wait for the cops to find the guys who planted the bomb? The guys who planted the bomb are right outside, all around us, go out in the street, you’ll find fifty of them. 
How long are you
going to spend waiting and turning the other cheek? Do you believe in love? Fine. Believe in love, Papa. Me, I believe in fighting. 
And when a dog attacks me, I don’t patiently wait for the rest of the pack to show up and eat me alive.

To Andy.

Open it. 
Open it.
Give me the key. 
Get out of the way. Get out of the way. Let me by. LET ME BY.

Andy won’t let her by.