© Hannah Assouline
Jean-Louis Martinelli

Jean-Louis Martinelli est un metteur en scène de Théâtre qui commença sa carrière à Lyon. Successivement directeur de troupe, de compagnie et de théâtre (TNS, CDN Nanterre-Amandiers), il est à présent à la tête de sa propre compagnie théâtrale nommée Allers/Retours.

Il crée ses premiers spectacles avec une troupe du Théâtre Universitaire de 1972 à 1975. En 1977, il crée sa propre compagnie, le Théâtre du Réfectoire, et se tourne majoritairement vers des auteurs du XXème siècle, notamment Pier Paolo Pasolini.

En 1987, il prend la direction du Théâtre du Point du Jour à Lyon, appelé alors Théâtre de Lyon. Il y créera entre autres Quartett d’Heiner Müller, La Maman et la putain de Jean Eustache et L’Eglise de Louis-Ferdinand Céline.

En 1993, Jean-Louis Martinelli est nommé à la direction du Théâtre National de Strasbourg (TNS) qu’il dirigera jusqu’en 2000. Il mettra en place dès son arrivée une troupe de comédiens permanents et associera des auteurs à l’activité de création et montera notamment Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès, L’Année des treize lunes de Fassbinder, Le Deuil sied à Electre d’Eugene O’Neill… Durant sa dernière année au TNS, il s’intéresse pour la première fois à l’auteur suédois Lars Norén dont il mettra en scène Catégorie 3.1 avant de présenter Personkrets, Kliniken, Détails et Calme au Théâtre Nanterre-Amandiers dont il est nommé directeur en 2002.

Lors de ces douze années de direction, il monte des auteurs considérés comme « classiques », tels que Tchekhov, Brecht, Feydeau et Ibsen, tout en continuant à faire découvrir, à adapter et à mettre en scène des auteurs contemporains comme Laurent Gaudé, Aziz Chouaki et Alaa El Aswany.

Il y poursuivra son travail de metteur en scène, entouré de ses plus proches collaborateurs comme le scénographe Gilles Taschet, des comédiens fidèles, Hammou Graïa, Mounir Margoum, Eric Caruso, Sylvie Milhaud, Abbès Zahmani, Alain Fromager ou des comédiens présents de façon plus exceptionnelle, Charles Berling, Jean-Pierre Bacri, Marina Foïs ou encore Jean-Pierre Darroussin… Il retrouve également les auteurs qui lui sont chers comme Racine dont il mettra en scène Bérénice, Britannicus et Phèdre ou Jacques Jouet avec La République de Mek-Ouyes, Voyage en Afrique et Mitterrand et Sankara. Ces deux derniers spectacles s’inscrivent d’ailleurs dans une volonté de Jean-Louis Martinelli d’établir un dialogue avec des artistes du continent africain, qui sera à l’origine de la création du spectacle Une Nuit à la présidence en mars 2014 au Théâtre Nanterre-Amandiers et en tournée cette saison.

C’est dans cette optique d’ouverture que Jean-Louis Martinelli quitte le Théâtre Nanterre-Amandiers en décembre 2013 et crée sa propre compagnie Allers/Retours.

En 2013, il met en scène Je ne serai plus jamais vieille de Fabienne Périneau avec Christine Citti. En 2014, il met en scène Anna Christie d’Eugene O’Neill au Théâtre de l’Atelier. En 2015, il met en scène L’Avare de Molière avec Jacques Weber à Versailles, qui tourne en France avant d’être repris au Théâtre Déjazet. En juin 2016, il signe la mise en scène de l’opéra Lucia di Lammermoor à l’Opéra national de Lorraine.

Depuis l’automne 2016, Jean-Louis Martinelli travaille à l’élaboration d’un projet intitulé « Place Publique » au Théâtre Liberté-Toulon d’une part et à La Courneuve dans le cadre d’une collaboration avec l’association La Sauvegarde et la MC 93.