© Dorothée Thébert Filliger

À époque folle, projet fou. Il m'a semblé que la meilleure façon de parler de notre époque était de le faire en compagnie d'un cheval, tout seul avec moi sur scène. J’ai écrit un journal intime où je raconte mes voyages, mes expériences. Dans une époque dont nous commençons à questionner le fonctionnement et les valeurs tout en en restant prisonniers, nous commençons à peine à imaginer ce que nous pourrions construire de nouveau. Il y a une femme nue et un cheval sur scène. Pour questionner notre rapport aux animaux et revenir à une relation plus primitive, plus essentielle. Pour ramener du féerique, du rêve. Du cauchemar aussi. Pour le faire parler, inventer sa pensée, son regard sur notre espèce. Pour s'autoriser à écrire de la poésie, des chansons. De l’utopie peut-être un peu, qui sait?
Laetitia Dosch
 

Videos