Message d'avertissement

The subscription service is currently unavailable. Please try again later.
© Junichi Matsuda

Avec Crazy Camel, la compagnie Dairakudakan adresse un clin d’oeil au Crazy Horse. Les acteurs d’Akaji Maro se couvrent de poudre d’or pour transformer l’austère danse butô en un cabaret lumineux et burlesque.

Fondée en 1972, Dairakudakan (littéralement « Le grand vaisseau du chameau ») est l’une des premières compagnies de butô. Elle est aussi l’une des dernières qui existent aujourd’hui au Japon. La troupe est parfois comparée au Living Theatre en raison de la vie communautaire qu’elle mène dans son studio à Tokyo. Les spectacles de Dairakudakan sont souvent qualifiés de « rabelaisiens ». Les excès en tous genres mènent ici la danse, et les contraires, loin de s’affronter, s’allient : le beau côtoie le laid, le rire éclate au coeur du monstrueux.
Le Kimpun Show est un numéro de cabaret né après la seconde guerre mondiale. Il appartient au registre « iro-mono », numéros insolites dans une soirée de cabaret traditionnelle. Kimpun signifie « poudre d’or ». Alors que dans le butô les danseurs sont recouverts de poudre blanche, les corps dans le Kimpun Show ont un aspect métallique qui reflète les lumières.